Séance du conseil communal de Somme-Leuze du 26 octobre 2020.

 

La majorité UC de Somme-Leuze privilégierait elle le Royal syndicat d’initiatives de Somme-Leuze par rapport à d’autres ASBL de la Commune? 

La décision prise lundi  au conseil peut le laisser croire.

 

En février 2019, le groupe AUTREMENT avait interpelé le Collège concernant une consommation alarmante d’électricité du bâtiment qu’occupe le Royal Syndicat d’Initiatives. D’autant plus surprenant que depuis au moins quatorze ans, ces factures annuelles d’un montant supérieur à 11.000 € sont supportées par la Commune sans susciter la moindre inquiétude voir  réaction au sein du Collège et de la majorité en place.

Bien que n’étant propriétaire que d’une partie du bâtiment mais face à l’évidence, le Collège a enfin décidé de se pencher sur le problème et a sollicité une étude. Il résulte de celle-ci que le système de chauffage électrique actuel doit être remplacé par un chauffage au mazout. Le coût d’une nouvelle installation s’élève à 18.000 €.  En affichant que cette dépense bénéficie d’un retour sur investissement de cinq ans, le Collège reconnaît que la Commune a perdu plus de 100.000 € à cause d’une mauvaise gestion et d’un manque de clairvoyance.

C’est donc dans un élan de générosité que le Collège, soutenu par les autres membres présents de la majorité a décidé d’octroyer un subside couvrant l’entièreté de la dépense, autrement dit de payer le nouveau chauffage du Syndicat d’Initiative.

 

Lors du vote, le groupe AUTREMENT s’est abstenu bien qu’étant très satisfait de la décision d’enfin mettre un terme à cette dépense récurrente qui a déjà coûté à notre Commune, une somme équivalente voir  supérieure à la valeur du bâtiment.

Si les conseillers du groupe AUTREMENT se sont abstenus, c’est par respect pour d’autres ASBL de la Commune et plus particulièrement celles qui sont propriétaires d’infrastructures. En effet, pour elles, les majorités successives qui se sont succédées depuis la fusion des communes ont toujours eut pour fil de conduite d’octroyer, à juste titre,  des crédits sans intérêts pour permettre à ces ASBL de finaliser leurs travaux.

 

Pour le groupe AUTREMENT, payer le chauffage dans un bâtiment appartenant en majeure partie au Royal Syndicat d’Initiatives revient à faire payer une dépense privée par le public. Nous aurions préféré que la commune supporte une part proportionnelle à son pourcentage de propriété dans le bâtiment et prête pour le solde, la somme au Syndicat d’Initiatives.

 

Cette décision risque de créer un précédent